Rechercher

Cinq astuces pour commencer à réfléchir à votre reconversion professionnelle

Vous manquez d’élan et ne parvenez plus à vous projeter dans votre situation actuelle ? Vous avez le sentiment de devoir évoluer dans une autre direction ? Ou vous souhaitez monter en compétences dans votre domaine en diversifiant vos formations pour booster votre carrière ? Il peut y avoir plusieurs raisons qui vous amènent à réfléchir à votre reconversion professionnelle. Ce qui est certain, c’est que vous voulez évoluer mais vous ne savez pas encore dans quelle direction. Et pour y voir plus clair, il est parfois nécessaire de changer de perspective.

Mais comment faire pour poser un regard nouveau sur votre situation ? Lorsqu’on veut changer de perspective, on ne sait jamais par où commencer. Est-ce qu’on doit tout chercher sur un sujet ? Devenir incollable sur le domaine, maîtriser chaque détail ? Et surtout, comment faire si vous ne connaissez même pas les domaines qui pourraient vous intéresser ? Au contraire, est-ce qu’il faut plutôt entrer en soi et faire table du reste ?


Eh bien … nous avons remarqué que ce qui fonctionne le plus, c’est de faire un peu des deux !

Pour vous donner des clefs pour commencer à réfléchir à votre reconversion professionnelle, nous avons sélectionné trois astuces. En bonus, nous indiquons l’astuce spéciale de Emilie Hervé, experte RH et le conseil de Laurent Létang, ingénieur centralien reconverti, fondateur des « joyeux gribouilleurs », une entreprise de facilitation graphique.



Astuce n°1 : Racontez votre histoire.



Ecrivez votre parcours pour prendre du recul sur vos compétences.


Notre premier conseil est de commencer par faire le point sur votre situation.

Pour commencer à réfléchir à sa situation, il est très utile d’avoir une idée claire de là où on se situe. Cela va vous permettre de savoir où vous en êtes. Grâce à cette première astuce, vous allez aussi prendre du recul sur vos compétences. Pour cela, il n’y a rien de mieux que de raconter votre histoire. Ecrivez votre parcours scolaire, vos études ainsi que toutes vos expériences professionnelles. Listez bien les compétences que vous avez acquises et, si vous en avez, celles que vous souhaiteriez encore acquérir. N’hésitez pas à évoquer aussi des expériences fondatrices de votre parcours. Des rencontres enrichissantes, particulièrement frappantes, que cela soit dans un sens positif ou plus négatif. Si vous le pouvez, renseignez ce qui vous a attiré ou repoussé dans chaque situation. Ne tirez pas encore de conclusions. Laissez-vous le temps d’observer sans analyser.

Lorsque vous avez un regard clair sur votre parcours de formation, on peut dire que vous avez fait à peu près la moitié du travail…il vous reste encore un peu de travail… Et c’est une partie tout aussi intéressante car c’est le moment de prendre en compte votre vie personnelle et associative. Vos compétences ne se résument pas qu’aux études que vous avez faites… et vous en avez acquis de nombreuses autres dans vos différentes activités !

En vous souvenant de vos expériences passées, valorisez chaque compétence, chaque savoir-être et savoir-faire. Utilisez aussi ces expériences pour renseigner des apprentissages qui ont été stimulants. Si, au contraire, vous avez vécu des situations que vous ne souhaitez pas rencontrer à nouveau, renseignez-les. Vous pouvez résumer tout cela dans un tableau.


Astuce n°2 : Étudiez vos besoins et vos ressources



« Qui veut voyager loin ménage sa monture » et « les amis de mes amis sont mes amis » sont deux citations plutôt adaptée à cette seconde astuce.


Pour penser sereinement à votre projet, vous devez avoir une idée précise de vos besoins et vos ressources.

Pour commencer, nous vous conseillons d’avoir une idée claire de vos besoins matérielles : avez-vous des frais constants ? Si oui, à quelle hauteur s’élèvent-ils ? Envisagez-vous un changement de vie qui viendrait modifier vos besoins ? Faites aussi le bilan de vos dépenses mensuelles pour évaluer vos besoins réels.

Réciproquement, vous allez aussi prendre le temps d’évaluer vos ressources matérielles. Quels sont vos soutiens ? Quelles sont les aides auxquelles vous pouvez prétendre en fonction de votre situation ? N’hésitez pas à contacter un conseiller Pôle Emploi, ou le service municipal dédié afin de vous renseigner.

Une fois que tout cela est listé, vous avez une idée bien plus claire… mais ce n’est pas tout à fait terminé ! Lorsqu’ils recensent leurs ressources, la plupart des gens oublient de prendre en compte tous les soutiens qui les entourent. Pourtant, ce sont aussi des ressources ! Dans votre parcours, vous avez rencontré des personnes qui sont elles-mêmes en relation avec de nombreuses autres personnes. N’oubliez pas votre famille, votre réseau, vos famille, les associations.


Astuce n°3 : Un temps pour la curiosité et l’imagination





Après avoir fait le point et analysé votre parcours, vos besoins et vos ressources, vous allez effectuer un virage à 360 degrés. Pour cette troisième astuce, nous vous conseillons d’ouvrir grand vos yeux, vos oreilles et d’en apprendre plus sur tout ce qui vous entoure.

Laissez la place à la flânerie pour envisager d’autres voies et faire émerger d’autres projets possibles. Rêvez, imaginez. N’ayez pas peur de sortir de votre zone de confort.

Inspirez-vous des films, des livres, des musiques qui vous plaisent. Essayez de donner du crédit à toutes vos idées, même les plus loufoques. Imaginez-vous dans d’autres vies, d’autres villes, d’autres pays. Que feriez-vous aujourd’hui si vous aviez fait d’autres choix dans le passé ? Si vous aviez étudié la littérature plutôt que les mathématiques ? Ou la menuiserie plutôt que le droit ? Imaginez les trajectoires qui auraient pu être les vôtres. Ne vous restreignez pas : c’est le moment d’être tout sauf réaliste !

Une autre façon d’être curieux est de discuter avec les gens que vous côtoyez. Souvent, on se dit que le domaine professionnel n’est pas forcément ce dont on a envie de parler avec ses amis, mais cela peut-être très enrichissant de se l’autoriser. Alors discutez, demandez… et n’hésitez pas à être indiscret.


Astuce n°4 : Osez !




Ceux qui n’osent pas n’obtiennent jamais rien.


Envisager d’autres voies, penser à sa reconversion, c’est oser penser à autre chose que ce que l’on connaît. En fait, vous l’avez probablement déjà ressenti : le questionnement lui-même débute avec cet élan.

Pour cette 4è astuce, nous donnons la parole à Emilie Hervé, consultante experte en RH

« Souvent, on se limite en croyant que les choses ne sont pas faites pour nous. On croit ne pas avoir fait les bonnes études, on croit ne pas appartenir au bon milieu pour s’engager dans une direction. Mais beaucoup de ces idées sont des croyances limitantes qu’il faut oser dépasser.

Alors… il faut oser oser ! Et c’est vrai ! Il n’y a rien de tel, pour casser ces représentations limitantes, que d’oser se penser ailleurs. Donnez-vous cette liberté. Osez rêver pour voir à quel point, finalement, ce rêve est proche. Vous allez voir : petit à petit, il deviendra de plus en plus réel. Oser, c’est chercher la porte qui vous permettra de saisir vos opportunités. Oser, c’est aussi une façon de vivre sans regret !

Et puis, qu’avez-vous à perdre ? Au pire des cas, rien ne bouge. C’est le statu quo. Mais au mieux, vous aurez ouvert le champ des possibles »


Astuce n°5 : Acceptez de ne pas vous sentir à votre place




Bien sûr, ce n’est pas facile. Mais c’est salutaire pour chercher des réponses en soi et au dehors de soi. Ceux qui n’osent pas n’obtiennent rien.


Voici notre cinquième astuce pour commencer à réfléchir à votre reconversion professionnelle. Pour cela, nous vous partageons les conseils de Laurent Létang, ingénieur centralien reconverti. Après plusieurs années en entreprise, il a décidé de réfléchir à son parcours et a fait le point sur ce qui comptait réellement pour lui. Plusieurs mois plus tard, il a créé « les joyeux gribouilleurs », son entreprise de facilitation graphique. (https://joyeux-gribouilleurs.com/) Voici son témoignage :

" Je pense qu'il y a de nombreuses étapes avant de penser à sa reconversion professionnelle. Personnellement, le chemin a été long. Je ne me suis pas levé un matin en me disant "je dois me reconvertir". Au contraire, cela a pris du temps. Un temps pendant lequel chaque matin, je me suis senti agacé, triste, stressé et absolument pas motivé (c'était à la fin de mes études). Un temps pendant lequel l'idée de se reconvertir n'avait aucun sens : je n'avais même pas mon diplôme !

J'ai donc enduré la situation, voyant tout ce qui ne me satisfaisait pas autour de moi. Je pensais que si mon environnement changeait, alors je me sentirais mieux. Bien sûr : il nous semble toujours plus souhaitable de changer notre environnement tout entier que d'oser nous dire que le problème vient de nous, que nous ne sommes tout simplement pas à la bonne place.

Et puis il y a eu la goutte d'eau, celle qui m'a fait dire "stop !". Et l'autorisation, avec l'aide d'une amie de mes parents : ce n'est pas mal de se reconvertir, alors accepte d'essayer !

Je ne savais pas encore où aller (pour cela, mieux vaut se faire accompagner), mais au moins le plus dur était fait : je voulais bouger ! Alors avant toute chose : acceptez de ne pas être à votre place. C'est sûrement ce qui vous donnera le plus envie d'en sortir !"


Vous voulez en apprendre plus sur notre méthode d’accompagnement ?

Découvrez notre Bilan de Compétences, un accompagnement 100% bienveillant qui vous permet de faire le point sur votre parcours, vos envies, vos compétences et vous besoins.

Nous construisons avec vous le projet qui vous ressemble.

0 commentaire